750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

blog culinaire avec recette, du salé au sucré, de l'apéro au dessert dirons nous.....

Délice et Saveur de Nath

Sauté de poulet au chorizo

Sauté de poulet au chorizo

Cette recette est parfaite pour les novices en cuisine, de plus elle est peu onéreuse.

J'utilise du chorizo fort, ce qui permet de bien relevé le goût du plat, c'est excellent.

Je vous donne les proportions pour 8 personnes.

 

Préparation : 15 mn                       Cuisson : 20 à 25 mn                Simple

 

Ingrédients :

* 8 blancs de poulet

* 1 chorizo fort

* 6 tomates

* 20 olives noires (dénoyautées pour moi)

* 2 oignons

* herbes (origan, persil, cerfeuil, laurier pour moi)

* huile d'olive

* sel et poivre du moulin

 

Pelez les tomates, le chorizo et les oignons.

Concassez les tomates, émincez les oignons et coupez le chorizo en rondelles.

Coupez les blancs de poulets en morceaux pas trop gros.

Dans votre cocotte, mettre 6 c à s d'huile d'olive,faites revenir les oignons 5 minutes. 

Ajoutez le poulet et faites-le dorer à feu vif 2 minutes.

Ajoutez le chorizo, les olives, les herbes et les tomates, salez et poivrez.

Couvrez la cocotte et laissez mijoter à feu doux environ 15 minutes. Servez bien chaud et accompagnez de riz, pâtes ou légumes.

Pour mettre un peu de couleur, saupoudrez de persil frais ou de cerfeuil au moment de présenter le plat.

Parfums et saveur garanties.

 

Ma minute d'histoire :

 

Il y a 5 000 ans : Des documents prouvent que les chinois et les égyptiens élevaient de la volaille il y a 3 500 ans. Cependant, il se peut que cela ait été le cas en Inde, il y a 5 000 ans. Le poulet a ensuite été introduit en Grèce par les perses. Les nombreuses races et variétés que l'on connaît aujourd'hui – 60 et 175 respectivement – dérivent toutes du coq bankiva, originaire du Sud-Est asiatique où on le trouve encore à l'état sauvage.

XIIIe siècle : le terme « poule » vient du latin palla, féminin de pallus qui veut dire « petit d'un animal ». Apparu dans la langue française au XIIIe siècle, il a remplacé « géline » (du latin gallina), terme qui, dans l'ancien français, désignait la poule.

XVIIe siècle : Henri IV plébiscite la poule au pot : « Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait tous les dimanches sa poule au pot ». Dans une casserole pleine d'eau, on mettait à mijoter une vieille poule pondeuse parvenue en fin de carrière, qu'il fallait laisser cuire une dizaine d'heures pour l'attendrir. On ajoutait quelques os à moelle et les légumes dont on disposait ce jour-là. On obtenait un bouillon d'une richesse insoupçonnée qu’on servait avec la viande et les légumes.

XVIIe siècle : Le poulet a d'abord été domestiqué pour les combats de coqs plutôt que comme source de nourriture. Puis, ces combats ayant été légalement interdits au XVIIe siècle en Occident, on se prit de passion pour les expositions, où l'on venait montrer les spécimens d'espèces exotiques qu'on avait fait venir du bout du monde ou qu'on avait croisées soi-même. D'où la prolifération de variétés qui s'en suivit. Toutefois, sur le marché de l'alimentation, seules quelques-unes de ces variétés, sélectionnées pour la qualité et l'abondance de leur chair ou pour leurs talents de pondeuses, prédominent.

XIXe et XXe siècles : Il faudra attendre le XIXe siècle pour voir se mettre en place la production en série, et les années 1920 pour que s'établissent, d'abord en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis, les poulaillers-usines avec leur système complexe de contrôle de la température, de l'humidité et de la lumière. À cette époque, on n'élevait pas encore les poules spécifiquement pour leur chair, mais bien pour leurs oeufs. Lorsqu'elles n'étaient plus assez productives, on les abattait pour vendre leur chair. Toutefois, dès les années 1950, les élevages de poulets et de poulettes destinés au marché de la viande dépasseront largement en nombre ceux des poules pondeuses. À la fin du XXe siècle, il se consommait en Occident plus de chair de poulet que de celle de tout autre animal, y compris le boeuf qui, jusque-là, avait été bon premier. (lanutricion.fr).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
en voilà une jolie recette bien parfumée comme je les aime !
Répondre
N
merci Laura, oui le chorizo relève bien le plat